1.7. Paramètres d'installation

Après une analyse approfondie du système, YaST propose des réglages adaptés pour tous les paramètres d'installation. Les options pouvant nécessiter une intervention manuelle dans la plupart des scénarios d'installation sont regroupées sous l'onglet Aperçu. Vous trouverez d'autres options spéciales dans l'onglet Expert. Chaque fois que vous configurez un des éléments de ces boîtes de dialogue, vous revenez à la fenêtre des paramètres, qui est mise à jour en conséquence. Les paramètres individuels sont décrits dans les sections qui suivent.

Figure 1.1. Paramètres d'installation

Paramètres d'installation

1.7.1. Partitioning (Partitionnement)

Dans la plupart des cas, YaST propose un modèle de partitionnement raisonnable qui peut être accepté sans être modifié. YaST permet également de personnaliser le partitionnement. Cette section décrit les étapes nécessaires.

1.7.1.1. Types de partitions

Chaque disque dur possède une table de partition pouvant accepter quatre entrées. Une entrée dans une table de partition peut correspondre à une partition principale ou à une partition étendue. Une seule entrée de partition étendue est cependant autorisée.

Une partition principale se compose simplement d'une plage de cylindres continue (zones de disque physiques) affectée à un système d'exploitation en particulier. Si vous n'utilisez que des partitions principales, vous êtes limité à quatre partitions par disque dur. La table de partition ne permet en effet pas d'en définir davantage. C'est pourquoi on utilise également des partitions étendues. Ces dernières sont également des plages de cylindres de disque continues, mais ayant la particularité de pouvoir être elles-mêmes subdivisées en partitions logiques. Les partitions logiques ne nécessitent pas d'entrées dans la table de partition. En d'autres termes, une partition étendue est un conteneur de partitions logiques.

Si vous avez besoin de plus de quatre partitions, créez une partition étendue en guise de quatrième partition ou avant. Cette partition étendue doit couvrir l'intégralité de la plage de cylindres libres restante. Vous pouvez ensuite créer plusieurs partitions logiques au sein de cette partition étendue. Le nombre maximum de partitions logiques est de 15 sur les disques SCSI, SATA et Firewire, tandis qu'elle atteint 63 pour les disques (E)IDE. Le type de partition utilisé pour Linux n'a aucune importance. Les partitions principales ou logiques conviennent aussi bien les unes que les autres.

[Tip]Disque dur ayant un label de disque GPT

Pour les architectures utilisant le label de disque GPT, le nombre de partitions principales n'est pas limité. Il est donc inutile de recourir aux partitions logiques.

1.7.1.2. Espace disque requis

YaST propose normalement un modèle de partitionnement raisonnable prévoyant un espace disque suffisant. Si vous souhaitez mettre en œuvre votre propre modèle de partitionnement, tenez compte des recommandations suivantes concernant les exigences des différents types de systèmes.

Système minimal : 500 Mo

Aucune interface graphique (système X Window) n'est installé, ce qui signifie que seules les applications de console peuvent être utilisées. De même, seule une sélection de logiciels de base est installée.

System minimal avec interface graphique : 700 Mo

Comprend le système X Window et quelques applications.

Système par défaut : 2,5 Go

Comprend un environnement de bureau moderne, tel que KDE ou GNOME, et fournit suffisamment d'espace pour des suites d'applications volumineuses, comme OpenOffice.org et Netscape ou Mozilla.

Les partitions à créer dépendent de l'espace disponible. Vous trouverez ci-après quelques indications de base concernant le partitionnement :

Jusqu'à 4 Go :

Créez une partition d'échange et une partition racine (/). Dans ce cas, la partition racine doit tenir compte des répertoires qui sont souvent stockés sur leurs propres partitions si l'espace disponible est plus important.

4 Go ou plus :

Créez une partition d'échange, une partition racine (1 Go) et une partition pour chacun des répertoires suivants selon vos besoins : /usr (4 Go ou plus), /opt (4 Go ou plus) et /var (1 Go). Si vous ne souhaitez pas utiliser de partitions séparées pour ces répertoires, ajoutez l'espace disque correspondant à la partition racine. L'espace disponible restant peut être utilisé pour /home.

En fonction de votre matériel, il peut également être utile de créer une partition d'amorçage (/boot) destinée à accueillir le mécanisme d'amorçage et le kernel Linux. Cette partition doit se situer au début du disque et occuper au minimum 8 Mo ou un cylindre. En règle générale, si YaST vous suggère de créer une partition de ce type, suivez son conseil. Dans le doute, créez une partition d'amorçage pour éviter tout problème.

Par ailleurs, n'oubliez pas que certains programmes (commerciaux notamment) installent leurs données dans /opt. Créez par conséquent une partition séparée pour /opt ou prévoyez suffisamment d'espace sur la partition racine. KDE et GNOME sont également installés dans /opt.

1.7.1.3. Partitionnement avec YaST

La première fois que vous accédez au module de partitionnement dans la fenêtre de suggestion, la boîte de dialogue de partitionnement de YaST affiche les paramètres de partitionnement actuellement proposés. Acceptez-les tels quels ou modifiez-les avant de poursuivre. Vous pouvez également effacer les paramètres proposés et organiser le partitionnement de bout en bout.

Si vous choisissez Accepter proposition, aucun changement n'est apporté à la configuration du partitionnement. Si vous sélectionnez Configuration de partition de base associée à cette proposition, vous accédez à la fenêtre Partitionnement en mode expert. Celle-ci permet d'ajuster le moindre détail de la configuration des partitions. Cette boîte de dialogue est décrite dans la Section 2.9.5, « Partitionnement ». La configuration originale proposée par YaST y sert de point de départ.

Créer une configuration de partition personnalisée ouvre la boîte de dialogue de sélection de disque dur. Utilisez la liste pour sélectionner un des disques durs de votre système. SUSE Linux sera installé sur le disque sélectionné ici.

L'étape suivante consiste à déterminer si vous voulez utiliser l'intégralité du disque (Utiliser la totalité du disque dur) ou une partition existante (le cas échéant) pour l'installation. Si un système d'exploitation Windows a été trouvé sur le disque, vous avez le choix entre supprimer ou redimensionner la partition. Lisez Section 1.7.1.4, « Changement de taille d'une partition Windows » avant de poursuivre. Si nécessaire, utilisez la boîte de dialogue Partitionnement en mode expert pour créer une partition personnalisée comme indiqué à la Section 2.9.5, « Partitionnement ».

[Warning]Utilisation de l'intégralité du disque dur pour l'installation

Si vous choisissez Utiliser la totalité du disque dur, toutes les données figurant sur ce disque seront supprimées et donc perdues dans la suite du processus d'installation.

YaST vérifie dès l'installation si l'espace disque est suffisant pour les logiciels sélectionnés. Si ce n'est pas le cas, YaST modifie automatiquement la sélection. Une boîte de dialogue apparaît pour vous en informer. Tant que l'espace disponible sur le disque est suffisant, YaST accepte simplement vos paramètres et partitionne le disque dur en conséquence.

1.7.1.4. Changement de taille d'une partition Windows

Si un disque dur contenant une partition Windows FAT ou NTFS a été sélectionnée comme cible de l'installation, YaST propose de supprimer ou de réduire cette partition. De cette manière, vous pouvez installer SUSE Linux même s'il n'y a pas actuellement assez d'espace sur le disque dur. Cette fonctionnalité est particulièrement utile si le disque dur sélectionné ne contient qu'une partition Windows qui couvre la totalité du disque. C'est parfois le cas sur des ordinateurs livrés avec Windows pré-installé. Si YaST voit qu'il n'y a pas suffisamment d'espace sur le disque dur sélectionné, mais que cet espace peut être récupéré en supprimant ou en réduisant une partition Windows, il affiche une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir entre deux options.

Figure 1.2. Options possibles pour les partitions Windows

Options possibles pour les partitions Windows

Si vous sélectionnez Effacer complètement Windows, la partition Windows est marquée pour suppression et l'espace est utilisé pour l'installation de SUSE Linux.

[Warning]Suppression de Windows

Si vous supprimez Windows, toutes les données seront perdues sans récupération possible dès le démarrage du formatage.

Pour réduire la partition Windows, interrompez l'installation et démarrez Windows pour préparer la partition à partir de là. Bien que cette étape ne soit pas strictement requise pour les partitions FAT, elle accélère le processus de changement de taille et le rend plus sûr. Ces étapes sont essentielles pour les partitions NTFS.

Système de fichiers FAT

Dans Windows, exécutez d'abord scandisk pour vérifier que la partition FAT est libre de tous fragments de fichiers perdus et de tous liens croisés. Exécutez ensuite le défragmenteur de disque pour déplacer les fichiers au début de la partition. Ceci accélère la procédure de changement de taille dans Linux.

Si vous avez optimisé les paramètres de la mémoire virtuelle pour Windows de sorte qu'un fichier d'échange contigu soit utilisé avec la même limite de taille initiale (minimale) et maximale, passez à une autre étape. Avec ces paramètres Windows, le changement de taille peut fractionner le fichier d'échange en plusieurs petites parties éparpillées dans la partition FAT. En outre, le fichier d'échange entier devra être déplacé au cours du changement de taille, ce qui ralentit sensiblement le processus. Il est par conséquent utile de désactiver ces optimisations Windows pour l'instant et de les réactiver lorsque le changement de taille est terminé.

Systèmes de fichiers NTFS

Dans Windows, exécutez scandisk et le défragmenteur de disque pour déplacer les fichiers au début du disque dur. Contrairement au système de fichiers FAT, vous devez effectuer les étapes suivantes. Sinon, la taille de la partition NTFS ne peut pas être modifiée.

[Important]Désactivation du fichier d'échange Windows

Si votre système fonctionne avec un fichier d'échange permanent sur un système de fichiers NTFS, ce fichier peut se trouver à la fin du disque dur et y rester malgré la défragmentation. C'est pourquoi il peut être impossible de réduire suffisamment la partition. Dans ce cas, désactivez temporairement le fichier d'échange (la mémoire virtuelle dans Windows). Lorsque le changement de taille de la partition est terminé, reconfigurez la mémoire virtuelle.

Après ces préparations, retournez à la configuration du partitionnement Linux et sélectionnez Réduire la partition Windows. Après une vérification rapide de la partition, YaST ouvre une boîte de dialogue avec une suggestion concernant le changement de taille de la partition Windows.

Figure 1.3. Redimensionnement de la partition Windows

Redimensionnement de la partition Windows

Le premier diagramme à barres montre l'espace disque actuellement occupé par Windows et l'espace encore disponible. Le second diagramme à barres montre l'espace qui serait distribué après le changement de taille, d'après la proposition actuelle de YaST. Reportez-vous à la Figure 1.3, « Redimensionnement de la partition Windows ». Acceptez les paramètres proposés ou utilisez le curseur pour changer la taille de la partition (dans certaines limites).

Si vous quittez cette boîte de dialogue en sélectionnant Suivant, les paramètres sont stockés et vous revenez à la boîte de dialogue précédente. Le changement de taille réel a lieu plus tard, avant le formatage du disque dur.

[Important]Systèmes Windows installés sur des plates-formes NTFS

Par défaut, les versions NT, 2000 et XP de Windows utilisent le système de fichiers NTFS. Contrairement aux systèmes de fichiers FAT, les systèmes de fichiers NTFS ne peuvent être que lus depuis Linux. Cela signifie que vous pouvez lire vos fichiers Windows avec Linux, mais que vous ne pouvez pas les modifier. Si vous souhaitez disposer de l'accès en écriture à vos données Windows et si vous n'avez pas besoin du système de fichiers NTFS, réinstallez Windows sur un système de fichiers FAT32. Dans ce cas, vous aurez l'accès complet à vos données Windows à partir de SUSE Linux.

1.7.2. Logiciel

SUSE Linux comporte toute une série de paquetages logiciels correspondant à divers types d'applications. Cliquez sur Logiciel dans la fenêtre de suggestion pour démarrer la sélection des logiciels et modifier la formule d'installation selon vos besoins. Sélectionnez vos catégories dans la liste du milieu et reportez-vous à la description dans la fenêtre de droite. Chaque catégorie contient un certain nombre de paquetages qui répondent à la plupart des besoins pour cette catégorie. Pour une sélection plus détaillée des paquetages logiciels à installer, sélectionnez Détails pour basculer vers le gestionnaire de paquetages YaST. Reportez-vous à la Figure 1.4, « Installation et suppression de logiciels avec le gestionnaire de paquetages YaST ».

Figure 1.4. Installation et suppression de logiciels avec le gestionnaire de paquetages YaST

Installation et suppression de logiciels avec le gestionnaire de paquetages YaST

1.7.2.1. Modification de la formule d'installation

Si vous avez des besoins logiciels spécifiques, modifiez la sélection actuelle avec le gestionnaire de paquetages, qui facilite grandement cette tâche. Le gestionnaire de paquetages propose divers critères de filtrage visant à simplifier la sélection parmi les nombreux paquetages composant SUSE Linux.

La zone de sélection d'un filtre se situe dans l'angle supérieur gauche sous la barre de menus. Après le démarrage, le filtre activé est Sélections. Ce filtre trie les paquetages logiciels en fonction de la nature de leur application, par exemple le multimédia ou la bureautique. Ces groupes sont répertoriés sous la zone de sélection du filtre. Les paquetages inclus dans le type de système actuel sont présélectionnés. Cochez les cases pour sélectionner ou désélectionner des sélections ou des groupes entiers pour l'installation.

La partie droite de la fenêtre comporte un tableau répertoriant les paquetages individuels compris dans la sélection actuelle. La colonne la plus à gauche du tableau indique l'état actuel de chaque paquetage. Deux indicateurs d'état sont particulièrement importants pour l'installation : Installer (quand la case située devant le nom du paquetage est cochée) et Ne pas installer (quand cette case est vierge). Pour sélectionner ou désélectionner des paquetages individuels, cliquez dans la case d'état jusqu'à ce que l'état voulu soit affiché. Vous pouvez également cliquer sur la ligne du paquetage avec le bouton droit pour afficher un menu contextuel répertoriant tous les paramètres d'état possibles. Pour en savoir plus à ce propos, lisez la description détaillée de ce module dans la Section 2.3.1, « Installation et suppression de logiciels ».

1.7.2.2. Autres filtres

Cliquez dans la zone de sélection de filtre pour afficher les autres filtres possibles. La sélection correspondant à Groupes de paquetages peut également être utilisée pour l'installation. Ce filtre trie les paquetages logiciels par sujet, dans une arborescence affichée sur la gauche. Plus vous développez les branches, plus la sélection de paquetages devient spécifique et plus le nombre de paquetages affichés dans la zone de droite diminue.

Utilisez Recherche pour rechercher un paquetage spécifique. Cette procédure est décrite en détails dans la Section 2.3.1, « Installation et suppression de logiciels ».

1.7.2.3. Dépendances et conflits de paquetages

Vous ne pouvez pas vous contenter d'installer n'importe quelle combinaison de paquetages. Les différents paquetages logiciels doivent être compatibles entre eux. Sans cela, ils risquent d'interférer et de provoquer des conflits affectant le système dans son ensemble. Aussi, des alertes signalant des dépendances ou des conflits de paquetages non résolus peuvent apparaître après que vous avez sélectionné ou désélectionné des paquetages logiciels dans cette boîte de dialogue. Si vous installez SUSE Linux pour la première fois ou si vous ne comprenez pas les alertes, lisez Section 2.3.1, « Installation et suppression de logiciels », qui contient des informations détaillées sur le fonctionnement du gestionnaire de paquetages et un bref résumé de l'organisation des logiciels dans Linux.

[Warning]Avertissement

Les présélections de logiciels pour l'installation, qui sont le fruit de nombreuses années d'expérience, sont généralement adaptées aux besoins de la plupart des utilisateurs privés, qu'ils soient novices ou expérimentés. En règle générale, aucune modification n'est requise. Si vous décidez néanmoins de sélectionner ou de désélectionner des paquetages, vous devez être conscient des conséquences. Tenez tout particulièrement compte des alertes et évitez de désélectionner des paquetages du système de base.

1.7.2.4. Sortie de la sélection de logiciels

Lorsque la sélection de logiciels vous convient et que tous les conflits et dépendances de paquetages sont résolus, cliquez sur Accepter pour appliquer vos modifications et quitter le module. Durant l'installation, les modifications sont enregistrées en interne en vue d'être appliquées ultérieurement quand l'installation débutera réellement.

1.7.3. Langue

La langue est sélectionnée au commencement de l'installation, conformément à ce qui est indiqué dans la Section 1.3, « Choix de la langue ». Vous pouvez toutefois modifier ce réglage ici et sélectionner les langues supplémentaires que vous souhaitez installer. Dans la partie supérieure de cette boîte de dialogue, sélectionnez la langue principale. Cette langue est activée après l'installation. Ajustez vos paramètres de clavier et de fuseau horaire à la langue principale sélectionnée en sélectionnant ces options si nécessaire. En option, vous pouvez utiliser Détails pour définir la langue de l'utilisateur root. Il y a trois possibilités :

ctype only

La valeur de la variable LC_CTYPE dans le fichier /etc/sysconfig/language est adoptée pour l'utilisateur root. Ceci définit l'emplacement des appels de fonction spécifiques aux langues.

oui

L'utilisateur root utilise les mêmes paramètres de langue que l'utilisateur local.

non

Les paramètres de langue de l'utilisateur root ne sont pas affectés par la sélection d'une langue. Toutes les variables de type locale sont annulées.

De plus, le réglage pour Locale peut être explicitement défini via Paramètres régionaux détaillés.

La liste qui se trouve dans la partie inférieure de la boîte de dialogue des langues permet la sélection de langues supplémentaires à installer. Pour toutes les langues sélectionnées dans cette liste, YaST vérifie la disponibilité de paquetages spécifiques aux langues pour tous les paquetages de votre sélection de logiciels actuelle. Le cas échéant, ces paquetages sont installés.

Cliquez sur Accepter pour terminer la configuration.

1.7.4. Système

Cette boîte de dialogue récapitule l'ensemble des informations matérielles recueillies par YaST au sujet de votre ordinateur. Sélectionnez un élément dans la liste et cliquez sur Détails pour afficher des informations détaillées à propos de cet élément. Cette boîte de dialogue permet également d'ajouter des ID PCI aux pilotes de périphériques.

1.7.5. Keyboard Layout (Configuration du clavier)

Sélectionnez une configuration de clavier dans la liste. Par défaut, elle correspond à celle de la langue sélectionnée. Après avoir modifié la configuration du clavier, testez les caractères spécifiques à la langue sélectionnée afin de vous assurer que la sélection est correcte. Si vous souhaitez définir des options spécifiques pour le comportement du clavier, cliquez sur Paramètres expert. Vous trouverez de plus amples informations à ce propos dans la Section 2.4.10, « Keyboard Layout (Configuration du clavier) ». Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Accepter pour revenir à la boîte de dialogue des paramètres d'installation.

1.7.6. Booting (Amorçage)

Lors de l'installation, YaST vous propose une configuration d'amorçage de votre système. Vous pouvez normalement adopter les réglages proposés sans modification. Cependant, si vous avez besoin d'une configuration personnalisée, modifiez les paramètres proposés en fonction de votre système.

Une solution consiste à configurer le mécanisme d'amorçage pour utiliser une disquette d'amorçage spéciale. Bien que cette opération présente l'inconvénient que la disquette doive se trouver dans le lecteur lors de l'amorçage, elle ne modifie pas un mécanisme d'amorçage existant. En règle générale, ceci n'est toutefois pas nécessaire, car YaST peut également configurer le chargeur d'amorçage pour amorcer d'autres systèmes d'exploitation existants. Une autre possibilité de configuration consiste à modifier l'emplacement du mécanisme d'amorçage sur le disque dur.

Pour modifier la configuration d'amorçage proposée par YaST, sélectionnez Amorçage afin d'ouvrir une boîte de dialogue permettant de modifier de nombreux détails du mécanisme d'amorçage. Pour plus d'informations, reportez-vous à la Section 9.3, « Configuration du chargeur d'amorçage à l'aide de YaST » (↑Référence). La méthode d'amorçage ne doit être modifiée que par des utilisateurs expérimentés.

1.7.7. Default Runlevel (Niveau d'exécution par défaut)

SUSE Linux peut être amorcé à différents niveaux d'exécution. Normalement, aucune modification n'est requise ici. Cependant, le cas échéant, cette boîte de dialogue permet de modifier le niveau d'exécution par défaut. Reportez-vous à la Section 2.9.8, « Services système (niveau d'exécution) » pour de plus amples informations sur la configuration des niveaux d'exécution.

1.7.8. Fuseau horaire

Dans cette boîte de dialogue, sélectionnez votre région et votre fuseau horaire dans les listes proposées. Durant l'installation, ces deux paramètres sont prédéfinis en fonction de la langue d'installation choisie. Sous Horloge matérielle définie sur, choisissez entre Heure locale et UTC (GMT). La sélection dépend du réglage de l'horloge matérielle du BIOS de votre machine. Si vous choisissez GMT, ce qui correspond à UTC, SUSE Linux fera automatiquement passer votre système de l'heure d'hiver à l'heure d'été et inversement. Cliquez sur Modification pour définir la date et l'heure actuelles. Lorsque vous avez terminé, cliquez sur Accepter pour revenir à la boîte de dialogue des paramètres d'installation.

1.7.9. Démarrage de l'installation

Après avoir effectué tous les réglages relatifs à l'installation, cliquez sur Accepter dans la fenêtre de suggestion pour commencer l'installation. Dans la boîte de dialogue qui s'ouvre, confirmez en cliquant sur Installer. L'installation dure généralement entre 15 et 30 minutes, selon les performances de votre système et les logiciels sélectionnés. Dès que tous les paquetages sont installés, YaST amorce le nouveau système Linux pour permettre de configurer le matériel et de régler les services système.