Chapitre 3. Mise à jour du système et gestion des paquetages

Table des matières

3.1. Mise à jour de SUSE Linux
3.2. Changements logiciels de versions en versions
3.3. RPM—le gestionnaire de paquetages

Résumé

SUSE Linux permet de mettre à jour un système existant sans le réinstaller complètement. Il existe deux types de mises à jour : mise à jour de paquetages logiciels individuels et mise à jour du système complet. Les paquetages peuvent également être installés manuellement en utilisant le gestionnaire de paquetages RPM.


3.1. Mise à jour de SUSE Linux

La taille des logiciels tend à « augmenter » de versions en versions. Il convient donc de vérifier l'espace de partition disponible avec df avant d'effectuer la mise à jour. Si vous estimez que vous allez manquer d'espace disque, sécurisez vos données avant d'effectuer la mise à jour et repartitionnez votre système. Il n'existe pas de règle précise concernant l'espace de chaque partition. L'espace requis dépend de votre profil particulier de partitionnement, du logiciel sélectionné et des numéros de version de SUSE Linux.

3.1.1. Préparation

Avant d'effectuer la mise à jour, copiez les anciens fichiers de configuration sur un support séparé, tel qu'un dérouleur de bande, un disque dur amovible, une clé USB ou un lecteur ZIP, pour sécuriser les données. Cela concerne principalement les fichiers stockés dans /etc ainsi que certains des répertoires et des fichiers de /var et de /opt. Vous pouvez également écrire les données de l'utilisateur de /home (les répertoires HOME) dans un support de sauvegarde. Sauvegardez ces données en tant que root. Seul l'utilisateur root a le droit de lecture sur tous les fichiers locaux.

Avant de commencer votre mise à jour, prenez note de la partition root. La commande df / énumère le nom de périphérique de la partition root. Dans Exemple 3.1, « List with df -h », la partition root à écrire est /dev/hda3 (montée en tant que /).

Exemple 3.1. List with df -h

Filesystem     Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/hda3       74G   22G   53G  29% /
tmpfs          506M     0  506M   0% /dev/shm
/dev/hda5      116G  5.8G  111G   5% /home
/dev/hda1       39G  1.6G   37G   4% /windows/C
/dev/hda2      4.6G  2.6G  2.1G  57% /windows/D

3.1.2. Problèmes possibles

Si vous mettez à jour un système par défaut depuis la version précédente vers cette version, YaST détermine les modifications nécessaires et les réalise. Selon la personnalisation que vous avez effectuée, certaines étapes ou l'ensemble de la procédure de mise à jour peuvent échouer et votre recours consiste alors à recopier vos données de sauvegarde. Nous soulignons ici d'autres points à vérifier avant de démarrer la mise à jour du système.

3.1.2.1. Vérification du mot de passe et du groupe dans /etc

Avant de mettre à jour le système, vérifiez que /etc/passwd et /etc/group ne contiennent pas d'erreurs de syntaxe. Pour ce faire, démarrez les utilitaires de vérification pwck et grpck en tant que root et éliminez les erreurs signalées.

3.1.2.2. PostgreSQL

Avant de mettre à jour PostgreSQL (postgres), videz les bases de données. Reportez-vous à la page de manuel pg_dump. Cela n'est nécessaire que si vous avez réellement utilisé PostgreSQL avant votre mise à jour.

3.1.3. Mise à jour avec YaST

Après la procédure de préparation décrite dans la Section 3.1.1, « Préparation », vous pouvez maintenant mettre à jour votre système :

  1. Démarrez le système comme pour l'installation décrite dans la Section 1.1, « Démarrage système pour l'installation » (↑Démarrage). Dans YaST, choisissez une langue et sélectionnez Mise à jour dans la boîte de dialogue Mode d'installation. Ne sélectionnez pas Nouvelle installation.

  2. YaST détermine s'il existe plusieurs partitions root. S'il n'y en a qu'une, passez à l'étape suivante. S'il en existe plusieurs, sélectionnez la partition de votre choix et confirmez en cliquant sur Suivant (/dev/hda3 était sélectionné dans l'exemple de la Section 3.1.1, « Préparation »). YaST lit le fstab précédent sur cette partition pour analyser et monter les systèmes de fichiers énumérés ici.

  3. Dans la boîte de dialogue Paramètres d'installation, définissez les paramètres selon vos besoins. Normalement, vous pouvez laisser les paramètres par défaut sans y toucher, mais si vous envisagez d'améliorer votre système, vérifiez les paquetages proposés dans les sous-menus Sélection de logiciels ou ajoutez la prise en charge de langues supplémentaires.

    Vous avez également la possibilité d'effectuer des sauvegardes de différents composants du système. La sélection de sauvegardes ralentit le processus de mise à jour. Utilisez cette option si vous n'avez pas de sauvegarde récente du système.

  4. Dans la boîte de dialogue suivante, choisissez de ne mettre à jour que les logiciels qui sont déjà installés ou d'ajouter de nouveaux composants logiciels au système (mode mise à niveau). Il est recommandé d'accepter la composition suggérée, par exemple, Mise à jour basée sur la sélection "Système standard avec KDE" ou "Système standard avec GNOME". Les réglages pourront être effectués ultérieurement avec YaST.

3.1.4. Mise à jour de paquetages individuels

Quel que soit votre environnement global mis à jour, vous pouvez toujours mettre à jour des paquetages individuels. À partir de là, cependant, il est de votre responsabilité de vous assurer du maintien de la cohérence de votre système. Vous trouverez des conseils de mise à jour à l'adresse http://www.novell.com/linux/download/updates/.

Sélectionnez les composants dans la liste de sélection de paquetages YaST selon vos besoins. Si vous sélectionnez un paquetage essentiel au fonctionnement global du système, YaST émet un avertissement. Ce type de paquetage ne doit être mis à jour qu'en mode mise à jour. Par exemple, de nombreux paquetages contiennent des librairies partagées. Si vous mettez à jour ces programmes et ces applications dans le système en cours d'exécution, il peut en résulter un mauvais fonctionnement.