Chapitre 11. Fonctionnement de l'imprimante

Table des matières

11.1. Workflow du système d'impression
11.2. Méthodes et protocoles de connexion d'imprimantes
11.3. Installation du logiciel
11.4. Configuration de l'imprimante
11.5. Configuration des applications
11.6. Particularités de SUSE Linux
11.7. Dépannage

CUPS est le système d'impression standard de SUSE Linux. CUPS est très orienté utilisateur. Généralement, il est compatible avec LPRng ou peut le devenir assez facilement. LPRng est inclut dans SUSE Linux uniquement pour des raisons de compatibilité.

Les imprimantes se distinguent par leur interface (USB ou réseau) et par leur langage d'impression. Lors de l'achat d'une imprimante, assurez-vous que son interface est prise en charge par le matériel et qu'elle utilise un langage d'impression compatible. Les imprimantes peuvent être divisées en trois classes de langages d'impression :

Imprimantes PostScript

PostScript est le langage d'impression dans lequel la plupart des travaux sous Linux (et Unix) sont générés et traités par le système d'impression interne. Ce langage est déjà assez ancien mais très efficace. Si les documents PostScript peuvent être traités directement par l'imprimante, sans être convertis par d'autres opérations du système d'impression, le nombre de sources d'erreurs potentielles est réduit. Comme les imprimantes PostScript sont vendues avec des licences dont les coûts sont généralement élevés, elles sont généralement plus chères que les imprimantes sans interpréteur PostScript.

Imprimante standard (langages comme PCL et ESC/P)

Même si ces langages d'impression sont plutôt anciens, ils évoluent toujours afin de s'adapter aux nouvelles fonctionnalités des imprimantes. Avec les langages d'impression qu'il reconnaît, le système d'impression peut convertir les travaux PostScript vers le langage d'impression concerné, à l'aide de Ghostscript. Cette phase de traitement est appelée « interprétation ». Les langages les plus célèbres sont PCL, le plus utilisé par les imprimantes HP et leurs clones, et ESC/P, utilisé par les imprimantes Epson. Ces langages d'impression sont généralement pris en charge par Linux et génère un résultat satisfaisant. Toutefois, Linux risque de ne pas pouvoir exploiter certaines fonctions des imprimantes les plus récentes, si les développeurs de programmes Open Source sont encore en train de travailler sur ces fonctions. À part les pilotes hpijs développés par HP, il n'existe actuellement aucun fabricant d'imprimantes qui développe des pilotes pour Linux et les met à la disposition des distributeurs Linux sous licence Open Source. La plupart de ces imprimantes se situent le plus souvent dans une fourchette de prix moyenne.

Imprimantes propriétaires (généralement, des imprimantes GDI)

Généralement, il n'existe qu'un seul pilote Windows (ou seulement quelques-uns) pour les imprimantes propriétaires. Ces imprimantes ne prennent pas en charge les langages d'impression courants et les langages qu'elles utilisent peuvent changer lors de la commercialisation d'un nouveau modèle. Pour plus d'informations, reportez-vous à la Section 11.7.1, « Imprimantes sans prise en charge d'un langage d'impression standard ».

Avant d'acheter une nouvelle imprimante, reportez-vous aux sources suivantes pour vérifier le degré de prise en charge de l'imprimante choisie :

Les bases de données en ligne affichent toujours l'état actuel de la prise en charge sous Linux. Cependant, il est évident qu'une distribution Linux ne peut intégrer que les pilotes disponibles au moment de sa création. Ainsi, une imprimante actuellement classée comme « parfaitement compatible » peut ne pas avoir eu cet état au moment de la sortie de la dernière version de SUSE Linux. Par conséquent, les bases de données n'indiquent pas forcément l'état correct, mais fournissent uniquement une approximation.


11.1. Workflow du système d'impression

L'utilisateur crée un travail d'impression. Le travail d'impression se compose des données à imprimer et des informations destinées au spouleur, comme le nom de l'imprimante et de la file d'attente d'impression ; il peut aussi contenir des informations destinées au filtre, comme des options propres à l'imprimante.

Chaque imprimante possède une file d'attente d'impression dédiée. Le spouleur maintient le travail d'impression en file d'attente, jusqu'à ce que l'imprimante choisie soit prête à recevoir les données. Lorsque l'imprimante est prête, le spouleur lui envoie les données via le filtre et l'interface dorsale.

Le filtre convertit les données que l'utilisateur souhaite imprimer (ASCII, PostScript, PDF, JPEG, etc.) en données propres à l'imprimante (PostScript, PCL, ESC/P, etc.). Les fonctionnalités de l'imprimante sont décrites dans les fichiers PPD. Un fichier PPD contient des options propres à l'imprimante, ainsi que les paramètres nécessaires à leur activation. Le système de filtre vérifie que les options sélectionnées par l'utilisateur sont bien activées.

Si vous utilisez une imprimante PostScript, le système de filtre convertit les données en informations PostScript propres à l'imprimante. Cela ne nécessite pas de pilote d'imprimante. Avec une imprimante non PostScript, le système de filtre utilise Ghost­script pour convertir les données en données propres à l'imprimante. Cela exige un pilote d'imprimante Ghostscript compatible avec votre imprimante. L'interface dorsale reçoit du filtre les données propres à l'imprimante et les transmet à cette dernière.