Chapitre 9. Chargeur d'amorçage

Table des matières

9.1. Sélection d'un chargeur d'amorçage
9.2. Amorçage à l'aide de GRUB
9.3. Configuration du chargeur d'amorçage à l'aide de YaST
9.4. Désinstallation du chargeur d'amorçage Linux
9.5. Création de CD de démarrage
9.6. Écran graphique SUSE
9.7. Dépannage
9.8. Pour plus d'informations

Résumé

Ce chapitre présente le mode de configuration de GRUB, le chargeur d'amorçage utilisé dans SUSE Linux. Un module YaST spécial permet d'effectuer tous les paramétrages. Si la fonction d'amorçage dans Linux ne vous est pas familière, lisez les sections suivantes ; elles vous fourniront des informations de base. Ce chapitre décrit également certains problèmes souvent rencontrés lorsque vous procédez à un amorçage à l'aide de GRUB et propose des solutions pour y remédier.

Ce chapitre s'attache à la gestion de l'amorçage et à la configuration du chargeur d'amorçage GRUB. L'ensemble de la procédure d'amorçage est décrite au Chapitre 8, Amorçage et configuration d'un système Linux. Un chargeur d'amorçage constitue l'interface entre votre ordinateur (BIOS) et le système d'exploitation (SUSE Linux). La configuration du chargeur d'amorçage a une incidence directe sur le mode de démarrage du système d'exploitation.

Les termes suivants apparaissent fréquemment dans ce chapitre et il peut être utile d'en fournir une définition :

Secteur d'amorçage principal

La structure du MBR (Master Boot Record - secteur d'amorçage principal) est définie selon une convention indépendante du type de système d'exploitation. Les 446 premiers octets sont réservés au code programme. Ils stockent généralement le programme du chargeur d'amorçage, en l'occurrence le premier niveau (stage1) de GRUB. Les 64 octets suivants fournissent de l'espace pour une table de partitions avec quatre entrées au maximum (reportez-vous à Section 1.7.1.1, « Types de partitions » (↑Démarrage)). La table de partitions contient des informations sur le partitionnement du disque dur et le type de système de fichiers utilisé. Cette table est indispensable au système d'exploitation pour la gestion du disque dur. Avec le premier niveau (stage1) de GRUB dans le MBR, une seule partition doit être signalée comme active. Les deux derniers octets du MBR doivent comporter un « nombre magique » statique (AA55). Un MBR contenant une autre valeur est considéré comme non valide par les BIOS.

Secteurs d'amorçage

Les secteurs d'amorçage sont les premiers secteurs des partitions du disque dur, à l'exception de la partition étendue qui sert principalement de « conteneur » pour d'autres partitions. Ces secteurs d'amorçage disposent de 512 octets d'espace, destinés au code servant à amorcer un système d'exploitation installé dans la partition correspondante. Cela s'applique aux secteurs d'amorçage des partitions au format DOS, Windows et OS/2, qui contiennent également d'importantes données de base concernant le système de fichiers. En revanche, les secteurs d'amorçage des partitions Linux sont, à l'origine, vides après l'installation d'un autre système de fichiers que le système XFS. Par conséquent, une partition Linux ne peut pas s'amorcer seule, même si elle contient un kernel et un système de fichiers racine valide. Un secteur d'amorçage avec du code valide pour l'amorçage du système présente le même numéro magique, dans ses deux derniers octets, que le MBR (AA55).


9.1. Sélection d'un chargeur d'amorçage

Par défaut, le chargeur d'amorçage GRUB est utilisé sous SUSE Linux. Toutefois, dans certains cas, et pour des configurations matérielles et logicielles particulières, LILO peut s'avérer nécessaire. La mise à jour d'une ancienne version de SUSE Linux qui utilise LILO entraîne également l'installation de LILO.

Pour obtenir des informations sur l'installation et la configuration de LILO, entrez le mot-clé LILO dans la base de données de support ou accédez au fichier /usr/share/doc/packages/lilo.