Chapitre 2. Configuration avancée des disques

Table des matières

2.1. Configuration de LVM
2.2. Configuration de Soft RAID

Les configurations système élaborées nécessitent de configurer les disques d'une certaine manière. Pour obtenir une dénomination persistante des périphériques SCSI, utilisez un script ou un udev de démarrage spécifique. Conçu pour être bien plus flexible que le partitionnement physique utilisé dans les configurations standard, le modèle LVM (Logical Volume Management - Gestion des volumes logiques) est un modèle de partition de disque. Sa fonctionnalité d'instantané permet de créer facilement des sauvegardes de données. Le réseau RAID (Redundant Array of Independent Disks - Réseau redondant de disques indépendants) offre une intégrité, des performances et une tolérance aux pannes accrues des données.


2.1. Configuration de LVM

Cette section décrit brièvement les principes sous-jacents à LVM, ainsi que ses fonctions de base, grâce auxquels cet outil s'avère pratique dans de nombreux cas. Pour plus d'informations sur la configuration de LVM avec YaST, reportez-vous à la Section 2.1.2, « Configuration de LVM avec YaST ».

[Warning]Avertissement

L'utilisation de LVM peut s'accompagner d'un accroissement des risques, notamment en ce qui concerne la perte de données. Mais les risques comprennent également le crash des applications, les pannes de courant ou les commandes défectueuses. Aussi, avant d'implémenter LVM ou de reconfigurer des volumes, enregistrez vos données. Ne travaillez jamais sans avoir au préalable fait une sauvegarde.

2.1.1. Gestionnaire de volume logique

Le gestionnaire de volume logique LVM (Logical Volume Manager) permet de distribuer de manière flexible de l'espace disque dur sur plusieurs systèmes de fichiers. La raison de son développement est liée au fait que, parfois, ce n'est qu'après le partitionnement effectué au cours de l'installation qu'il s'avère nécessaire de finalement modifier cette segmentation initiale de l'espace disque dur. Comme la modification des partitions est une tâche complexe sur un système en cours d'exécution, LVM propose une réserve virtuelle (un groupe de volumes ou VG, en abrégé, pour Volume Group) d'espace mémoire, que vous pouvez utiliser au besoin pour créer des volumes logiques (ou LV pour Logical Volumes). Le système d'exploitation accède à ces volumes logiques au lieu d'accéder aux partitions physiques. Les groupes de volumes pouvant s'étendre sur plusieurs disques, plusieurs disques ou portions de disque peuvent donc constituer un seul et même groupe de volumes. De ce point de vue, LVM propose en quelque sorte un espace disque physique abstrait, ce qui permet d'en modifier la segmentation avec beaucoup plus de facilité et de sécurité que le repartitionnement physique. Pour obtenir des informations de base sur le partitionnement physique, reportez-vous à Section 1.7.1.1, « Types de partitions » (↑Démarrage) et à Section 2.9.5, « Partitionnement » (↑Démarrage).

Figure 2.1. Partitionnement physique VS LVM

Partitionnement physique VS LVM

Appuyez-vous sur la Figure 2.1, « Partitionnement physique VS LVM » pour comparer le partitionnement physique (à gauche) et la segmentation LVM (à droite). À gauche, un seul disque a été divisé en trois partitions physiques (PART), dotées chacune d'un point de montage (MP) qui permet au système d'exploitation d'accéder à ces partitions. À droite, les deux disques ont été divisés respectivement en deux et trois partitions physiques. Deux groupes de volumes LVM (VG 1 et VG 2) ont été définis. Le groupe de volumes VG 1 comporte les deux partitions du disque DISK 1 et une partition du disque DISK 2. Le groupe de volumes VG 2 contient les deux partitions restantes du disque DISK 2. Dans LVM, les partitions des disques physiques incorporées dans un groupe de volumes sont appelées « volumes physiques » (ou PV pour Physical Volume). Parmi les groupes de volumes (VG), quatre volumes logiques (de LV 1 à LV 4) ont été définis. Le système d'exploitation peut les utiliser via les points de montage (MP) associés. La limite entre les différents volumes logiques n'a pas besoin d'être alignée sur la limite d'une partition. Reprenez dans cet exemple la limite entre LV 1 et LV 2.

Fonctions de LVM :

  • Plusieurs disques durs ou partitions peuvent être combinés au sein d'un même volume logique de grande ampleur.

  • À partir du moment où la configuration est adaptée, il est possible d'agrandir un volume logique (tel que /usr) lorsque l'espace libre vient à manquer.

  • Grâce à LVM, vous pouvez même ajouter des disques durs ou des volumes logiques sur un système en cours d'exécution. Toutefois, vous devez alors disposer d'un matériel swappable à chaud adapté.

  • Il est possible d'activer un « mode segmentation » qui distribue le flux de données d'un volume logique sur plusieurs volumes physiques. Si ces derniers résident sur différents disques, cela peut améliorer les performances de lecture et d'écriture (comme RAID 0).

  • La fonction d'instantané assure l'homogénéisation des sauvegardes (notamment pour les serveurs) sur le système en cours d'exécution.

Grâce à ces fonctions, l'utilisation de LVM semble totalement adaptée aux PC privés ou aux petits serveurs très sollicités. Si votre stock de données croît en permanence, comme cela est le cas pour les bases de données, les archives de musique ou les annuaires d'utilisateurs, LVM est exactement l'outil qu'il vous faut. En effet, il permet de disposer de systèmes de fichiers plus volumineux que le disque dur physique. Un autre avantage de LVM est que vous pouvez ajouter jusqu'à 256 volumes logiques. Toutefois, n'oubliez pas que LVM et les partitions au sens plus conventionnel du terme ne répondent pas à la même logique d'utilisation. Pour obtenir des instructions ainsi que d'autres informations relatives à la configuration de LVM, reportez-vous aux HOWTO (guides pratiques) officiels de LVM, disponibles à l'adresse suivante : http://tldp.org/HOWTO/LVM-HOWTO/.

À partir du kernel version 2.6, LVM version 2 est disponible, garantissant une compatibilité descendante avec la précédente version de LVM, ainsi que la gestion continue des anciens groupes de volumes. Lorsque vous créez de nouveaux groupes de volumes, vous pouvez utiliser soit le nouveau format de LVM, soit sa version à compatibilité descendante. LVM 2 ne requiert aucun correctif de kernel. Il utilise l'outil d'assignation de périphérique intégré au kernel 2.6. Ce kernel ne prend en charge que la version 2 de LVM. Par conséquent, lorsque LVM est mentionné dans cette section, cela correspond systématiquement à LVM version 2.

2.1.2. Configuration de LVM avec YaST

Pour configurer LVM avec YaST, utilisez YaST Expert Partitioner (reportez-vous à la Section 2.9.5, « Partitionnement » (↑Démarrage)). Cet outil de partitionnement permet de modifier et de supprimer des partitions existantes, et d'en créer d'autres pour les utiliser avec LVM. Dans cet outil, vous pouvez créer des partitions LVM en cliquant d'abord sur Créer+Ne pas formater, puis en sélectionnant 0x8E Linux LVM comme identificateur de partition. Une fois toutes les partitions à utiliser avec LVM créées, cliquez sur LVM pour lancer la configuration de LVM.

2.1.2.1. Création de groupes de volumes

Si aucun groupe de volumes n'existe sur votre système, vous êtes invité à en ajouter un (reportez-vous à la Figure 2.2, « Création d'un groupe de volumes »). Il est également possible de créer d'autres groupes grâce à l'option Ajouter groupe, mais en règle générale un seul groupe de volumes suffit. La suggestion de nom system s'applique au groupe de volumes dans lequel sont situés les fichiers système de SUSE Linux. La taille des extensions physiques définit la taille d'un bloc physique dans le groupe de volumes. Tout l'espace disque d'un groupe de volumes est géré par l'intermédiaire de blocs de cette taille. Cette valeur est généralement égale à 4 Mo. Elle permet une taille maximale de 256 Go pour les volumes physiques et logiques. La taille des étendues physiques ne doit être augmentée, par exemple, à 8, 16 ou 32 Mo, que si vous avez besoin de volumes logiques supérieurs à 256 Go.

Figure 2.2. Création d'un groupe de volumes

Création d'un groupe de volumes

2.1.2.2. Configuration des volumes physiques

Une fois un groupe de volumes créé, une boîte de dialogue apparaît, répertoriant toutes les partitions, qu'elles soient du type « LVM Linux » ou « natif Linux ». Aucune partition swap ou DOS n'est affichée. Si une partition est déjà assignée à un groupe de volumes, le nom de ce groupe est indiqué dans la liste. Les partitions non assignées sont indiquées par « -- ».

S'il existe plusieurs groupes de volumes, sélectionnez le groupe de volumes actuel dans la zone de sélection en haut à gauche. Les boutons en haut à droite permettent de créer des groupes de volumes supplémentaires ou de supprimer des groupes existants. Seuls les groupes de volumes auxquels aucune partition n'est assignée peuvent être supprimés. Toutes les partitions assignées à un groupe de volumes sont également appelées « volume physique » (ou PV pour Physical Volumes).

Figure 2.3. Configuration du volume physique

Configuration du volume physique

Pour ajouter une partition non assignée au groupe de volumes sélectionné, cliquez sur cette partition, puis sur Ajouter volume. À ce stade, le nom du groupe de volumes est ajouté à côté de la partition sélectionnée. Assignez toutes les partitions réservées pour LVM à un groupe de volumes. Sinon, l'espace de ces partitions reste inutilisé. Avant de quitter la boîte de dialogue, vous devez assigner à chaque groupe de volumes au moins un volume physique. Une fois tous les volumes physiques assignés, cliquez sur Suivant pour poursuivre la configuration des volumes logiques.

2.1.2.3. Configuration des volumes logiques

Une fois le groupe de volumes complété avec les volumes physiques, définissez les volumes logiques que le système d'exploitation doit utiliser dans la boîte de dialogue suivante. Sélectionnez le groupe de volumes actuel dans la zone de sélection en haut à gauche. En regard de cette information est indiqué l'espace libre dans le groupe de volumes actuel. La liste située au-dessous contient tous les volumes logiques présents dans ce groupe de volumes. Toutes les partitions Linux normales auxquelles un point de montage est assigné, toutes les partitions d'échange et tous les volumes logiques existants sont répertoriés ici. Utilisez les options correspondantes pour ajouter, modifier et supprimer les volumes logiques, selon les besoins, jusqu'à épuisement de tout l'espace du groupe de volumes. Assignez au moins un volume logique à chaque groupe de volumes.

Figure 2.4. Gestion des volumes logiques

Gestion des volumes logiques

Pour créer un volume logique, cliquez sur Ajouter et complétez la fenêtre contextuelle qui s'ouvre. Comme pour le partitionnement, entrez la taille, le système de fichiers et le point de montage. Normalement, un système de fichiers (tel que reiserfs ou ext2) est créé sur un volume logique puis est associé à un point de montage. Les fichiers stockés sur le volume logique sont accessibles à ce point de montage sur le système installé. En outre, il est possible de distribuer le flux de données dans le volume logique parmi les différents volumes physiques (segmentation). Si ces derniers résident sur différents disques durs, cela peut généralement améliorer les performances de lecture et d'écriture (comme RAID 0). Toutefois, un volume logique de segmentation comportant n segments ne peut être créé correctement que si l'espace disque dur requis par ce volume peut être distribué de manière égale sur les n volumes physiques. Si, par exemple, seuls deux volumes physiques sont disponibles, un volume logique avec trois segments est impossible.

[Warning]segmentation

YaST n'a aucune possibilité à ce stade de vérifier que vos entrées concernant la segmentation sont correctes. Toute erreur à ce stade ne sera visible qu'au moment de l'implémentation de LVM sur le disque.

Figure 2.5. Création de volumes logiques

Création de volumes logiques

Si vous avez déjà configuré LVM sur votre système, vous pouvez maintenant entrer les volumes logiques existants. Avant de poursuivre, assignez également à ces volumes logiques les points de montage appropriés. Cliquez sur Suivant pour revenir au YaST Expert Partitioner et terminer vos opérations grâce à cet outil.

2.1.2.4. Gestion directe de LVM

Si vous avez terminé la configuration de LVM et si vous ne voulez modifier qu'un détail, il existe une solution. Dans le Centre de contrôle YaST, sélectionnez Système+LVM. En fait, vous pouvez effectuer dans cette boîte de dialogue les mêmes opérations que celles précédemment décrites, sauf pour le partitionnement physique. Les volumes physiques et logiques existants sont répertoriés dans deux listes. Vous pouvez gérer le système LVM en procédant de l'une des manières précédemment décrites.